Un jeune moine décida de méditer seul et parti s’installer sur une barque au milieu d’un lac. Après quelques heures tranquilles, il sentit soudain le choc d’un autre bateau heurter le sien. Il sursauta et senti la colère monter en lui contre celui qui venait de troubler son moment de paix.

Il ouvrit les yeux prêt à hurler sur le batelier qui avait si brutalement dérangé sa méditation et il s’aperçu que la barque qui venait de heurter la sienne était vide. Elle s’était probablement détachée et avait dérivé.

Le moine inspira profondément et sourit car il venait de comprendre qu’il avait encore à grandir intérieurement puisqu’un seul petit choc extérieur avait suffit à le mette hors de lui « tout seul ».

Depuis à chaque fois que quelque chose ou que quelqu’un provoque sa colère, il se souvient de son expérience et se dit :

« Cette colère est d’abord la mienne. L’autre est comme le bateau vide »

Une courte parabole qui vient nous rappeler que nous sommes responsables de la façon dont nous nous sentons et agissons face à quelque chose ou à quelqu’un. Et qu’il nous appartient d’en modifier notre comportement. 

Salutations et à bientôt,

ElisaBeth – l’Observateur conscient

error: Content is protected !!